Retour sur le colloque Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale organisé par le CRBC à Brest (15 – 17 novembre 2001)

Christian Bougeard

Professeur émérite d’histoire contemporaine, UBO-Brest, chercheur au CRBC

Cette séance du séminaire « La Bretagne et le grand public » se propose d’examiner, plus de vingt ans après, l’organisation par le CRBC d’un colloque qui pourrait peut-être être considéré comme un cas d’école. La conception et la tenue de ce colloque international à l’UBO à Brest s’inscrit dans un contexte de virulentes polémiques, par voie de presse et autres médias, à la fin des années 1990 et au tournant des années 2000 qu’il convient d’abord de rappeler pour situer des enjeux qui débordent le cadre scientifique et épistémologique de la recherche historique classique. En effet, la décision prise à l’automne 1999 sur proposition de Fañch Roudaut, le directeur du laboratoire (voir https://bretagnegp.hypotheses.org/852), s’inscrit dans un moment de tensions en Bretagne du fait de l’instrumentalisation de l’histoire du mouvement breton pendant la Seconde Guerre mondiale, qui révèle des crispations identitaires. Les débats se focalisent sur la collaboration politique, policière et même militaire dans le cas du bezen Perrot, mise en œuvre dans les années 1940-1944 par le Parti national breton (PNB), le parti autorisé et soutenu par l’occupant allemand, numériquement faible mais représentant le nationalisme et le séparatisme du 2e Emsav.

C’est ce contexte, loin de la recherche universitaire sur ces Années noires, et la mise en cause du laboratoire qui expliquent le choix du CRBC d’organiser en novembre 2001 ce colloque qui eut un certain retentissement régional et même national. Car c’est, nous semble-t-il, le rôle et même la mission des historiens de la Seconde Guerre mondiale et du temps présent de clarifier et d’expliquer ce « passé qui ne passe pas », qui ne passait pas encore un demi-siècle après les faits, pour reprendre la célèbre formule d’Henry Rousso et d’Éric Conan à propos de l’histoire de Vichy1. C’était aussi répondre à une « demande sociale » forte2 selon un concept développé dans les années 1980-2000 par l’historien François Bédarida, le directeur de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), laboratoire du CNRS, auquel j’appartenais à l’époque comme correspondant des Côtes-du-Nord/Côtes d’Armor puis comme membre associé. Depuis une vingtaine d’année, l’IHTP avait revisité les chantiers ouverts de l’histoire de Vichy et de l’histoire de la Résistance, de la Collaboration et de l’Épuration ainsi que des enjeux de pouvoir à la Libération. En se proposant d’ouvrir un nouveau chantier consacré aux identités régionales pendant la guerre, le colloque de Brest s’est clairement situé dans le sillage de ces nombreux travaux et colloques, en s’appuyant sur leurs apports et en faisant appel à plusieurs historiens français et étrangers qui ont contribué à renouveler les approches et les questionnements.

Il convient donc de préciser le contexte de l’organisation d’un colloque qui a touché un très large public en Bretagne, sa conception et ses axes scientifiques et problématiques ainsi que quelques retombées à court terme sous-tendues par la très rapide publication des actes, sept mois après la tenue du colloque, grâce à la remise des textes des historiens et historiennes ainsi qu’au tour de force éditorial réalisé par toute l’équipe du CRBC sous l’impulsion de Chantal Guillou, la secrétaire générale du laboratoire3. La question centrale qui irrigue ma modeste contribution est celle du poids récurrent des médias dans les années 1998-2002, focalisés uniquement sur « la question bretonne » et essentiellement sur les « collabos bretons », occultant plusieurs autres aspects d’un colloque qui a aussi, pour ces raisons-là, suscité l’intérêt d’autorités et d’élus bretons.

Continuer la lecture
  1. Eric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 []
  2. Christian Delacroix, « Demande sociale et histoire du temps présent, une normalisation épistémologique ?, Espaces Temps, 2004, 84-86, p. 106-119. []
  3. Marc Bergère, historien de Rennes 2, s’était déjà penché lors d’un colloque à Paris en septembre 2003 sur les enjeux du colloque de Brest. Voir « Les usages politiques de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne : histoire, mémoire et identité régionale », dans Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 103-110. []

Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale (Brest, 2001)

Naissance d’un colloque

Fañch Roudaut, Professeur d’histoire moderne à la retraite, ancien directeur du CRBC

Le colloque Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale (Brest, 2001) n’aurait probablement pas été organisé si L’Humanité n’avait jugé bon dans son édition du 12 novembre 1999 de consacrer l’essentiel d’une double page à la Bretagne, avec une page entière sur Georges Pinault/Goulven Pennaod, qualifié de néo-nazi et présenté comme chercheur recruté à Brest au CRBC1. Sur l’autre page, toujours dans la rubrique « Plus loin que les faits. Histoire secrète », le journaliste introduit son article intitulé « une croisade occulte » par une référence à ce qu’il appelle « l’affaire Pinault-Pennaod ».

Serge Garde, « Pinault, simple druide… néonazi », L’Humanité, 12 novembre 1999, p. 10.
Serge Garde, « Une croisade occulte », L’Humanité, 12 novembre 1999, p. 11.
Continuer la lecture
  1. Tout n’était pas faux. Si Georges Pinault (1928-2000) n’a jamais été recruté à Brest, en revanche il a toujours affirmé son admiration pour Hitler, « le plus grand homme et l’exemple du vingtième siècle ». Ses idées expliquent d’ailleurs, malgré la modicité de son dossier scientifique, son recrutement à Lyon III comme maître de conférences associé en 1989. L’année suivante, il est mis fin à ses fonctions et son inscription en diplôme de doctorat d’université est suspendue. Sur cette affaire Pinault, voir le rapport, rendu en 2004, d’Henry Rousso, pour la Commission créée en 2001 sur le racisme et le négationnisme à l’université Jean-Moulin Lyon III https://www.vie-publique.fr/rapport/26874-commission-sur-le-racisme-et-le-negationnisme-luniversite-jean-moulin, notamment p. 67-70, 126 [en ligne au 25 février 2024]. []

Tristan le Voyageur de Marchangy ou le voyage nostalgique en Bretagne sans bouger de  sa bibliothèque : Fiction, érudition, vulgarisation

Patricia Victorin, Université Bretagne-Sud/ HCTI

Et si vous aviez la bonté de me signaler les parties qui vous semblent faire longueur, que je devrais supprimer (ou peut-être mettre en « notes », n’est-ce pas possible ?) en les marquant avec un crayon bleu ou rouge, ou noir, vous me rendriez un grand service.

Marcel Proust, Correspondance, Paris, Plon, 1984, p. 211

Chateaubriand a initié un vaste mouvement d’écriture romantique du voyage chez ses contemporains, comme Marchangy, et ses successeurs, Flaubert, Nerval, notamment. Le voyage dans le passé croise à la fois la visite de curiosités et d’antiquités et les retrouvailles de soi à soi. Dans le cas précis de Marchangy, son Tristan le Voyageur relève davantage d’une somme ethnologique sur le Moyen Âge, ses us et coutumes, son personnel romanesque et historique et confine souvent à une recréation fantasmée de siècles lointains, comme une Atlandide que Marchangy voudrait ressusciter. Il s’agit pour Marchangy de réenchanter le présent « vide de ses souvenirs »1 et de rendre à la patrie sa mémoire. Dans cette somme qu’est Tristan le Voyageur, on tentera de voir comment Marchangy construit une image de la Bretagne de la fin du Moyen Âge faite de collages, d’insertions, de digressions, entre histoire et fiction, érudition et vulgarisation. Dans cette entreprise de vulgarisation du matériau médiéval, on s’intéressera à l’usage que Marchangy fait des notes savantes, s’inscrivant dans une pratique propre à cette période qui va de la fin du XVIIIe siècle au premier XIXe siècle.

Continuer la lecture
  1. Michel Stanesco, « Moyen Âge vivant et conscience historique chez Louis de Marchangy », in Isabelle Diu, Elisabeth Parinet et Françoise Vielliard (dir.) Mémoire des Chevaliers. Edition, diffusion et réception des romans de chevalerie du XVIIe au XXe siècles, Reims, Presses universitaires de Reims, Études et rencontres de l’École des Chartes n°25, 2007, p. 119-130 (Cf. p. 128). Voir aussi François Hamm, Étude sur L.-A.-F. de Marchangy, thèse de doctorat, Strasbourg, Université de Strasbourg, 1962 ; Monique Streiff-Moretti, « “Tristan le voyageur ou la France au XIVe siècle” de L.-A.-F. de Marchangy », dans Georges Cesbron (dir.), Ouest et romantismes. Actes du colloque des 6, 7, 8 et 9 décembre 1990, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1991, vol. I, p. 339-352 ; Michael Glencross, « Deux interprètes romantiques de la littérature française du Moyen Âge : Sismondi et Marchangy », Studi francesi, vol. 37, no 111,‎ 1993, p. 545-554 ; Michael Glencross, « La représentation de la littérature française du Moyen Age dans l’historiographie romantique », Cahiers de l’AIEF, Association internationale des études françaises, vol. 47, no 1,‎ 1995, p. 193–213. []

Mélusine dans les formes lyriques comiques : une Morgane burlesque et castratrice

Résumé de la communication de Joanna Pavlevski-Malingre, docteure en littérature française (université Rennes 2)

Cette communication a donné lieu à un article qui sera publié dans Féérie et esthétique, les arts du merveilleux, un volume collectif dirigé par Anne Chassagnol et dont le projet a été accepté par les Presses Universitaires de Rennes. Le manuscrit est en cours de relecture et de remaniement. Sa publication est envisagée pour 2023-2024.

L’opéra-comique La Melusine, de Mouret et Fuzelier (1719), et l’opéra-bouffe d’Hervé, Les Chevaliers de la Table ronde (1868), mettent en scène une Mélusine étonnante, castratrice et jalouse, qui enferme ses amants dans un Autre monde rationalisé. Ces personnages, très peu étudiés, tiennent ainsi à la fois de Morgane et de Mélusine. De fait, Mélusine semble presque toujours se fondre par coalescence avec d’autres figures à l’opéra. Dans les formes lyriques comiques, cette coalescence semble se traduire par une morganisation de la fée, associée à un renversement burlesque. Ce renversement burlesque passe par une rationalisation et une trivialisation de ces figures féériques, par la dévalorisation de ces fées par les héros, par leur implication involontaire dans des triangles ou quatuors amoureux et par la généralisation de l’infidélité qui frappe ce monde chevaleresque dévalué et vaudevillesque. Elle va enfin de pair avec une désacralisation de l’Autre monde et des objets merveilleux. Si l’étude de ces deux hapax, qui mérite d’être poursuivie, est si intéressante, c’est parce qu’au-delà de la curiosité suscitée par ces œuvres atypiques au sein du répertoire lyrique merlusinien, elle permet de s’interroger sur les transferts médiaux des romans médiévaux aux formes lyriques comiques, et sur les modalités de ces transferts. En ce qui concerne Mélusine, ce transfert passe ainsi par une coalescence avec Morgane burlesque, par un jeu sur les micro-récits convoqués par les noms propres, jeu sur les attentes déçues du lecteur, sur le détournement de ces attentes, par la subversion de la tonalité de l’œuvre originellement associée à Mélusine, par l’hybridation du roman médiéval avec d’autres genres, en particulier le conte de fées et le théâtre comique, avec ces personnages tout droit sortis de la Commedia dell’arte, Trivelin, Scapin, Arlequin, ou même Sacripan, dont le nom est déjà au XIXe siècle une antonomase dans la langue française. Dans ces deux œuvres, les personnages évoluent dans un chronotope transfuge à plus d’un titre, espace où se croisent des personnages issus de différentes œuvres littéraires et de différents genres, dans une temporalité dégradée qui suit celle des grands récits de chevalerie.


LE 20 NOVEMBRE 2015 / A BORDEAUX / A L’OPERA DE BORDEAUX / LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE / Compagnie Les Brigands ; Direction, Christophe Grapperon; Mise en scène, costumes et scénographie, Pierre-André Weitz ; Lumières, Bertrand Killy Piano, Nicolas Ducloux ; Musiciens de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine.

“Mélusine” ( Chantal Santon-Jeffery ) dans Les Chevaliers de la Table ronde, Opéra National de Bordeaux ©Guillaume Bonnaud. Remerciements au Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française.
“Mélusine” ( Chantal Santon-Jeffery ) dans Les Chevaliers de la Table ronde, Opéra National de Bordeaux ©Guillaume Bonnaud. Remerciements au Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française.
“Mélusine” ( Chantal Santon-Jeffery ) dans Les Chevaliers de la Table ronde, Opéra National de Bordeaux ©Guillaume Bonnaud. Remerciements au Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française.

Révéler la Bretagne : discours ésotéristes et histoire bretonne dans quelques productions para-historiographiques contemporaines

David FLOCH, doctorant en histoire médiévale – MéMo/Université Paris-Nanterre

Dans une communication présentée à Brest en 2012, le préhistorien Marcel Otte n’hésitait pas à affirmer que « la langue et le peuple bretons sont restés miraculeusement à l’abri des métissages sans fin. Ils constituent un joyau des peuples originels1 ». Pourquoi un tel discours, dont la rhétorique peu scientifique ne laisse pas d’étonner, peut-il frayer son chemin dans une publication savante ? Pourquoi, dès lors qu’il s’agirait de la Bretagne, la thèse implicite d’une identité autochtone transmise consciemment serait-elle reçue avec une évidence impensable dans d’autres contextes, et pourquoi cela est-il aussi aisé, voire nécessaire, de l’affirmer ? Il semble que des questionnaires et présupposés issus de l’ésotérisme contemporain soient intervenus dans la perception du passé de la Bretagne – imprégnant depuis longtemps les amateurs et érudits qui avaient préempté l’intérêt pour celui-ci2 – par les non-spécialistes, au point de façonner en partie les attentes d’un très large public, de le mettre en situation de questionner les discours historiographiques. Ici, on peut observer le rôle attribué à des médiations non démontrées, ou la recherche implicite d’un état originel supposé de l’humanité.

Ce passé, entendu comme continuation d’une plus vaste histoire « celtique », est en effet un terrain qui suscite, depuis les années 1960, une abondante production d’ouvrages para-historiographiques. On y a bien affaire à des récits de constitution d’une connaissance : il s’agit parfois d’une enquête dont le déroulement est exposé, mimant la démarche scientifique. Souvent, ils posent des questions qui ont quitté le champ historiographique et dont la légitimité académique s’est érodée (thèmes du message supposément incarné par le mégalithisme, de la Bretagne d’Arthur). Leur succès invite à en faire des objets d’analyse : quelles fonctions le régime d’interprétation du passé qui y est mis en œuvre remplit-il, que les ouvrages scientifiques ne remplissent pas ? Plutôt qu’une approche centrée sur la question de l’historicité (qui consisterait à démystifier ces ouvrages, en se focalisant sur l’« erreur archéomane »), une attitude plus pertinente serait de considérer leurs énoncés comme des objets comme les autres3, c’est-à-dire de rendre compte de la façon dont ils informent les rapports contemporains au passé breton. Cela implique de déplacer l’attention de la problématique mémorielle (comment le passé est interprété, mis en récit, instrumentalisé, falsifié) à une autre qui consisterait à mettre à plat la carte d’un chronotope breton, tel qu’il apparaît dans ce corpus. Or, cette production semble, au vu de son succès, s’inscrire dans un régime de rapports au passé qui a éclipsé le récit bretoniste qui dominait depuis 1847-1848. Plusieurs de ces ouvrages tiennent un discours nettement ésotériste, orientant leur récit de l’histoire bretonne vers un temps des origines auquel il s’agirait de se reconnecter, en en faisant l’expérience – et qu’il ne s’agirait pas seulement de connaître, ou d’édifier comme fondement de la mémoire nationale, comme ce fut par exemple le cas pour l’âge, supposé synchronique, des saints bretons.

Continuer la lecture
  1. Marcel Otte, « Les Indo-Européens sont arrivés en Europe avec Cro-Magnon », dans Daniel Le Bris, (dir.), Aires Linguistiques Aires Culturelles. Études de concordances en Europe occidentale : zones Manche et Atlantique, Brest, CRBC/UBO, 2012, p. 19-51. La citation apparaît dans le résumé. []
  2. Pierre Lagrange, « Les controverses sur l’Atlantide (1925-1940). L’archéologie entre vraie et fausse science », note p. 260 l’autonomie récente des sciences sociales par rapport aux amateurs et érudits ; dans Claudie Voisenat, (dir.), Imaginaires archéologiques ; Ethnologie de la France/ Cahier n° 22, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008, p. 233-264. À ce titre, le questionnaire forgé par des publications comme le Lycée armoricain sous la Restauration eut peut-être un poids insoupçonné sur les études bretonnes. []
  3. Voir de façon générale les travaux du sociologue des sciences Pierre Lagrange. Bruno Latour, dès 1990, appelait à traiter ce type d’énoncés comme d’autres énoncés : voir Bruno Latour, « Quand les anges deviennent de bien mauvais messagers », Terrain, 14, 1990, p. 76-91. []

La Bretagne, une terre de châteaux forts ? Un dictionnaire des châteaux médiévaux de Bretagne par Patrick Kernévez (8 octobre 2021)

Quand on évoque les châteaux du Moyen Âge, en Bretagne comme ailleurs, le grand public se représente immédiatement des « châteaux forts » et, dans le cas breton, les images associées sont celles des forteresses de Fougères, Vitré ou Suscinio. Quelques-uns, plus érudits, évoquent les « mottes féodales » ces « ancêtres des châteaux forts » ou encore des châteaux à l’origine des « bourgs castraux », ces villes nées « à l’ombre d’un château », comme Josselin ou Vitré.

On mentionne plus aisément les châteaux des marches de Bretagne, cette « frontière » imaginée par Arthur de La Borderie comme étant ponctuée de forteresses érigées par des barons aux ordres des ducs de Bretagne vers le XIe siècle. Certaines maquettes de villes closes du Moyen Âge sont présentées au public, comme à Lamballe, Moncontour ou Brest, quand il ne s’agit pas de reconstitutions 3D d’un château à différentes époques comme à Châteaubriant, Nantes, Fougères ou Brest dans des dispositifs scénographiques récents… On peut même basculer dans un Moyen Âge imaginaire à Suscinio ou à Comper ; Bertrand Du Guesclin n’est jamais bien loin. On connaît le succès des fêtes médiévales de Dinan et d’ailleurs, l’attrait des compagnies de restitution de costumes et de combats médiévaux, indispensables à l’animation de ces vieilles pierres, le succès des journées du patrimoine…

Continuer la lecture

Évocation de l’histoire de la Bretagne dans quelques disques bretons au temps du Revival par Sébastien Carney (11 juin 2021)

À l’origine de mon intérêt pour l’évocation et l’usage du passé dans la chanson ou la musique, il y a ce commentaire d’une chanson du groupe de métal Iron Maiden, glané il y a quelques années sur une page Youtube dédiée au titre « Brave New World ». Bien qu’il s’agisse d’une évocation du roman éponyme d’Aldous Huxley publié en 1932 et traduit en français sous le titre « Le meilleur des mondes », donc de science-fiction, un fan du groupe prétend ceci : « Iron Maiden literally teaches listeners more about history than public schools 1  », c’est-à-dire « Iron Maiden enseigne littéralement aux auditeurs plus sur l’histoire que les écoles privées ». Il est probable que ce commentaire s’applique à l’ensemble de l’œuvre de ce groupe, dont nombre de chansons évoquent des événements historiques, de l’Antiquité à la Guerre Froide 2 . Cette discutable supériorité pédagogique de la musique populaire par rapport à l’école a été également soulignée par Bruce Springsteen qui, dans « No surrender », prétend : « We learned more from a three minute record […] than we ever learned in school » – « Nous avons appris plus d’un disque de trois minutes […] que nous n’avons jamais appris à l’école ». À vrai dire, cela ne surprend pas, si le pouvoir des chansons est difficile à mesurer, on en sait depuis longtemps l’importance. En 1935, Joseph Folliet écrivait dans un recueil de l’Association catholique de la jeunesse Française : « Quel merveilleux moyen de conquête que la chanson ! Supérieur aux livres ou au journal de toute la distance qui sépare la poésie ailée de la prose rampante. On se méfie d’un discours ou d’un article – et l’on a raison – on ne se méfie point d’une chanson – et l’on a tort3 . » Cependant la chanson reste peu étudiée. Cela tient pour beaucoup à la difficulté de l’exercice. Une chanson c’est à la fois un texte, une mélodie, des interprétations, des réceptions. Elle peut être accompagnée d’images ou d’explications, elle peut être envisagée seule ou dans un ensemble composé. C’est donc un matériau multiforme, difficile à manipuler pour qui n’est pas musicologue, sociologue, sémiologue en plus d’historien4 .

Continuer la lecture
  1. Voir le commentaire de Joe Bryant sur https://www.youtube.com/watch?v=4_FDjDwNygM [consulté le 23 décembre 2021]. Une des nombreuses réponses apportées à cette appréciation affirme : « I guess if you didn’t pay attention. I learned a lot about history in public school. » Concernant Iron Maiden, on trouvera le même genre d’échange sur Reddit : « I’ve learned more about history listening to Iron Maiden than in class in high school » / « Wow, you really must not have paid attention in class. » https://www.reddit.com/r/Showerthoughts/comments/54njq2/ive_learned_more_about_history_listening_to_iron/ [consulté le 23 décembre 2021]. []
  2. Pour une étude de l’évocation de l’histoire dans les chansons d’Iron Maiden, voir Lauro Meller, « Historical Themes in Iron Maiden Songs : From the Cavemen to the Vikings », part. I et II, Revista Brasileira de Estudos da Canção, n°3, jan-jun 2013, p. 198-215 et n°4, jul-dez 2013, p. 190-203. Pour une approche de l’articulation métal-histoire-identité, voir l’épisode de Nota Bene dédié sur https://www.youtube.com/watch?v=orfs-U5AmjU [consulté le 23 décembre 2021]. Il y a là tout un champ qui s’ouvre à la recherche. []
  3. Joseph Folliet, Jeunesse !… Recueil des chants de l’A.C.J.F., Paris, Éditions SPES, 1935, p. 7. []
  4. Sur la complexité méthodologique de l’étude du chant, voir Jean Queniart, « Le chant acteur de l’histoire (sociabilité, pastorale, propagande) », dans Jean Queniart (dir.), Le chant acteur de l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 9-11. []

Ouverture du séminaire : enjeux et perspectives par Hélène Bouget et Magali Coumert (11 juin 2021)

           

Ce séminaire , consacré aux relations entre la Bretagne / les Bretagnes et le grand public fait suite à une série de séminaires interdisciplinaires organisés au Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC, EA 4451) de l’université de Bretagne Occidentale entre 2007 et 2017, rassemblées dans la collection Histoires des Bretagnes publiée entre 2010 et 20191. Le dernier volume, qui s’interrogeait sur les enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue et littérature2, a amené les organisatrices du colloque organisé en amont à ouvrir la réflexion à la vulgarisation de ces recherches, à leur transmission en direction du grand public du Moyen Âge à l’époque contemporaine et aux acteurs de leur diffusion culturelle et scientifique : médiateurs, éditeurs, conservateurs etc., et ce  dans l’ensemble des disciplines de lettres et sciences humaines intéressées par cette démarche collective – sans exhaustivité : littérature, langues, études celtiques, histoire, histoire de l’art. Continuer la lecture

  1. Histoires des Bretagnes, CRBC, UBO, Brest, 6 vol., 2010-2019 : https://www.univ-brest.fr/crbc/menu/CRBC-publishing/Histoires_des_Bretagnes []
  2. Histoires des Bretagnes 6. Quel Moyen Âge ? La recherche en question, dir. Hélène Bouget et Magali Coumert, Brest, Éditions du CRBC, UBO, 2019. []

La Bretagne et le grand public

Les différentes disciplines qui prennent la Bretagne comme objet d’étude (notamment au Centre de Recherche Bretonne et Celtique – CRBC EA 4451 – de l’Université de Bretagne Occidentale) intègrent d’une part une dimension comparatiste avec les pays de langue et de culture celtiques, et interrogent d’autre part les modalités de construction et de représentation du territoire « breton » à l’échelle régionale, nationale et internationale, en ouvrant notamment ces questionnements aux îles britanniques. Cette approche scientifique se confronte en de nombreuses occasions aux représentations du grand public, parfois érudit, mais non impliqué dans une démarche de recherche qui impose de réfléchir en amont sur les méthodes adoptées et les savoirs (pré)établis, c’est-à-dire un public qui laisse de côté l’aspect épistémologique des recherches sur la/les Bretagne(s).

Bien que de nombreuses institutions, dont le CRBC, soient depuis longtemps impliquées dans la diffusion de la connaissance scientifique à destination de publics non-spécialistes par le biais de conférences ouvertes, d’expositions ou de publications, les chercheurs observent régulièrement un décalage entre le produit de leurs travaux et les représentations qui semblent émaner de ce public. En effet, malgré les efforts scientifiques visant à déconstruire une vision souvent romantique et particulariste de la Bretagne, à dénoncer les leurres de travaux fondés sur une approche idéologique, voire affective, de la Bretagne, de la matière de Bretagne et des pays de langue et culture celtiques, la vision du grand public semble être toujours davantage imprégnée de ceux-ci. La raison en est probablement l’image que renvoient continûment les ouvrages de vulgarisation, les magazines, les bandes dessinées, les productions musicales ou artistiques, des émissions télévisées, mais aussi des expositions et des discours politiques.

Ce sont les manifestations, les raisons et les conséquences de ces décalages que ce séminaire souhaite examiner, en convoquant des chercheurs confirmés et des jeunes chercheurs de toutes les disciplines et périodes. À travers cette thématique commune, il permettra de nourrir le dialogue entre différentes spécialités et différents types production : écrits spécialisés ou grand public, manifestations culturelles, entretiens, expositions, podcasts, conférences, festivals…
Dans les domaines de l’histoire et de la littérature médiévale, moderne ou contemporaine, de la langue bretonne, de la sociolinguistique, des arts et de l’histoire de l’art, des études celtiques et anglo-celtiques, de l’ethnologie etc., les interventions des chercheurs auront pour but d’approfondir la réflexion sur les représentations de la Bretagne des temps les plus anciens à nos jours, et sur la construction d’un imaginaire de la Bretagne dans le domaine de la vulgarisation scientifique et des ouvrages destinés à un public large. Ces productions répondent en effet à l’horizon d’attente des représentations populaires, façonnées depuis plusieurs siècles par la diffusion des premières interprétations scientifiques (sur l’histoire de la Bretagne et la question des migrations, sur le sens des toponymes, les voyages des saints bretons, l’origine de la littérature arthurienne, les contes populaires, sur les usages et les formes de la langue bretonne etc.). Celles-ci imprègnent encore les représentations communes, au point que les attentes du grand public en regard de la production scientifique actuelle sont souvent décalées. Les éléments composant ce public seront aussi l’objet de nos réflexions : en quoi la production savante a-t-elle fait naître, ou entretient-elle l’existence d’un public spécifique pour l’histoire et la culture bretonnes ? Les centres d’intérêt sont-ils divers, cloisonnés ou communs ? Quels liens les unissent-ils aux partis politiques, aux collectivités territoriales ou aux diverses institutions, locales et nationales ?

Outre un questionnement inter-, voire transdisciplinaire sur la notion de « vulgarisation scientifique », les chercheurs pourront évaluer la portée et la composition de ces travaux, ainsi que les méthodes employées et le type de contrat que leurs producteurs, leurs auteurs et leurs éditeurs passent implicitement avec le lectorat ou le public d’une manière plus générale. Le séminaire pourrait d’ailleurs profiter des contributions dmembres ou responsables de différentes institutions culturelles (bibliothèques, cinémathèques, associations etc.)

Les contributions au séminaire pourront s’organiser autour de 3 axes de réflexion qui seront amenés à évoluer au fur et à mesure des séances :

  1. Du point de vue de la composition des ouvrages et représentations destinées au grand public, on se posera la question de la compétence scientifique de l’auteur (de l’ouvrage, de l’article, du film, de la bande-dessinée etc.) et de la qualité de l’information diffusée : un ouvrage de vulgarisation sur le roi Arthur ou le duché de Bretagne mené dans un esprit didactique par un chercheur reconnu par ses pairs n’a en effet pas la même portée qu’un ouvrage fondé sur des suppositions, des sources de seconde main, ou des falsifications. Pour autant, ce type d’ouvrage rencontre souvent la faveur du public – on pense par exemple à la bibliographie pléthorique de Jean Markale : pourquoi ?
    On pourra aussi, dans cette perspective, s’interroger sur les représentations et les modalités impliquées dans la constitution d’un fonds d’archives lié à la Bretagne : le CRBC est par exemple dépositaire d’un certain nombre de fonds (écrits, sonores…) et est régulièrement impliqué dans l’expertise, l’acquisition ou la réception de fonds appartenant à des particuliers. Qu’est-ce que ces personnes qui sont amenées à solliciter ce type d’institution se représentent comme étant des archives dignes d’intérêt scientifique ? De quoi sont constitués ces dons ou propositions de dons et que révèlent-ils quant à la perception d’une activité de recherche et d’espaces documentaires ? Du point de vue des chercheurs et des bibliothécaires, comment transférer du domaine privé, voire intime, au domaine scientifique ouvert, des archives personnelles ? Quelles sont les enjeux, les modalités, mais aussi les difficultés de la valorisation ? Celle-ci est-elle toujours possible ?
  2. La réflexion sur la perception et la composition des sources nous amènera à nous interroger sur la posture de l’auteur : peut-on évaluer, dans un ouvrage scientifiquement médiocre et/ou erroné (l’axe 1 permettra d’établir des critères pour le définir), l’intention de son auteur, vrai falsificateur de données – pour des raisons à déterminer – ou adepte de bonne foi de théories largement diffusées – par exemple sur les origines de la matière de Bretagne, les sources médiévales bretonnes ou la conception de la langue bretonne – mais scientifiquement obsolètes ? Quelle réception et quelle attention accorder aux demandes ou propositions de publication dans le champ éditorial universitaire de productions émanant de ce type de posture ? Comment même de telles collusions sont-elles possibles ? Pourquoi ? Dans une perspective proche, comment expliquer par exemple le déni de fiction posé en préalable à de nombreuses bandes dessinées sur l’histoire de la Bretagne au Moyen Âge ?
  3. Ces questions posent par conséquent celle de la compétence des publics : quel est le lectorat visé ? Quelle est la réception attendue ? Et, surtout, quel contrat implicite l’auteur et l’éditeur passent-ils avec le lecteur ? Quel est le degré d’assentiment au pacte de vérité postulé entre un diffuseur de savoir et son récepteur ? On sera ici amené à considérer la diversité des productions (« sérieuses », sur le mode de l’essai, ou plus ludiques) selon les éditeurs qui les diffusent et qui peuvent être à l’origine d’une commande passée à un auteur, notamment des éditions régionales.
    La question de la compétence et des attentes du public pourra aussi être abordée à propos des traductions depuis ou vers la langue bretonne. Quelles œuvres littéraires, françaises ou étrangères, traduire en breton et pour quels destinataires ? Si l’on considère la production existante, on constate que les enjeux de la traduction concernent aussi bien des œuvres modernes ou contemporaines que médiévales : pourquoi, comment traduire par exemple les Lais anglo-normands de Marie de France (XIIe s.) en breton, voire tenter de reconstituer ceux-ci en moyen-breton au XXe siècle ? Ces traductions correspondent-elles à des attentes d’un public non scientifique, mais restreint (un « grand public spécifique », en quelque sorte), ou bien dénotent-elles davantage une posture ou un engagement auctorial ? De même, les traductions d’œuvres ou de textes composés en breton visent-elles à combler les attentes d’un lectorat non bretonnant ? Sont-elles initiées par leurs auteurs ? Quelles relations avec quel type de public présupposent-elles ?