La Bretagne, une terre de châteaux forts ? Un dictionnaire des châteaux médiévaux de Bretagne par Patrick Kernévez (8 octobre 2021)

Quand on évoque les châteaux du Moyen Âge, en Bretagne comme ailleurs, le grand public se représente immédiatement des « châteaux forts » et, dans le cas breton, les images associées sont celles des forteresses de Fougères, Vitré ou Suscinio. Quelques-uns, plus érudits, évoquent les « mottes féodales » ces « ancêtres des châteaux forts » ou encore des châteaux à l’origine des « bourgs castraux », ces villes nées « à l’ombre d’un château », comme Josselin ou Vitré.

On mentionne plus aisément les châteaux des marches de Bretagne, cette « frontière » imaginée par Arthur de La Borderie comme étant ponctuée de forteresses érigées par des barons aux ordres des ducs de Bretagne vers le XIe siècle. Certaines maquettes de villes closes du Moyen Âge sont présentées au public, comme à Lamballe, Moncontour ou Brest, quand il ne s’agit pas de reconstitutions 3D d’un château à différentes époques comme à Châteaubriant, Nantes, Fougères ou Brest dans des dispositifs scénographiques récents… On peut même basculer dans un Moyen Âge imaginaire à Suscinio ou à Comper ; Bertrand Du Guesclin n’est jamais bien loin. On connaît le succès des fêtes médiévales de Dinan et d’ailleurs, l’attrait des compagnies de restitution de costumes et de combats médiévaux, indispensables à l’animation de ces vieilles pierres, le succès des journées du patrimoine…

Invariablement, ce sont les mêmes sites qui apparaissent : sur internet si on opère une recherche sur « châteaux Bretagne », si on feuillette un ouvrage grand public sur ce même thème ou une carte touristique ponctuée de vignettes. Une certaine confusion survient même avec des châteaux plus tardifs : Kerjean au XVIe siècle, Le Rocher-Portail au XVIIe siècle ou Trévarez au XIXe siècle, de véritables « intrus » pour notre Moyen Âge. Le château, dans l’imaginaire collectif, c’est d’abord le château fort, véritable pléonasme, avec des murailles, des tours, des ponts-levis et des souterrains… Or, pour certains archéologues, comme Annie Renoux, celui-ci n’existe pas : c’est une invention du XIXe siècle, un mythe, un ensemble composite transformé dont on ne découvre que le dernier avatar, un unicum complexe qui mérite à lui seul une analyse scientifique avant de pouvoir se prononcer sur cette « résidence élitaire fortifiée ou non fortifiée »1. Leur taille et leur morphologie sont variables, de quelques centaines de mètres carrés à plusieurs hectares : on y mêle des citadelles, des forteresses, des maisons fortes, des manoirs, des mottes, des enceintes… Certains rechignent désormais à les classer dans des typologies qu’ils jugent surannées et répondant à une lexicologie fluctuante lors des siècles médiévaux2 : castrum, castellum, oppidum, domus, domus fortis, manerium… L’approche du phénomène castral en France est devenue plurielle, le château est considéré comme étant polymorphe et correspondant à des fonctions multiples : défensive, résidentielle et symbolique3. C’est d’abord un lieu de pouvoir ostentatoire, une résidence aristocratique, autant qu’une forteresse destinée à faire la guerre. Les travaux d’inventaires nationaux ont permis de recenser des milliers d’ouvrages, peut-être 10 000, voire plus encore, en France.4

La Bretagne n’échappe pas à cette règle. On y a comptabilisé plus de 250 châteaux de pierre et des centaines d’autres ouvrages de moindre importance comme des centaines de mottes, des enceintes de terre et des maisons fortes, sans compter les milliers de manoirs.

Cartographie des mottes bretonnes, Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol  Vreizh, 2002, p. 69, réalisation P. Kernévez.
Cartographie des châteaux bretons au Moyen Age, Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol  Vreizh, 2002, p. 71, réalisation P. Kernévez, C. Amiot.

Si ce nombre est considérable, les destructions ne le sont pas moins, avec des dizaines d’ouvrages totalement disparus ou occultés alors qu’ils ont pu jouer un rôle conséquent dans le peuplement du territoire. La faute n’est pas uniquement imputable à Richelieu qui ordonna le démantèlement de nombreuses forteresses, répondant aux demandes des populations, au début du XVIIe siècle5. Bon nombre de châteaux à l’origine de la quarantaine de villes closes par des murailles6 ne présentent plus de vestiges : ils ont été « grignotés » par l’urbanisation.

Cartographie de la superficie des enceintes urbaines médiévales bretonnes et de leur superficie, réalisation P. Kernévez, 2021, inédit.

L’« invention du patrimoine » n’est pas antérieure au début du XIXe siècle, les premiers classements interviennent en 1840, certaines ruines sont exploitées comme carrières de pierre au moins jusque dans les années 1920 (Guémené-sur-Scorff). Le donjon de Coatmen à Trémeven, pourtant inscrit comme monument historique, a été volontairement détruit en 1993 par un carrier. Bon nombre des ouvrages ont été répertoriés lors de la mise en œuvre d’une Carte Archéologique nationale ou des travaux menés par l’Inventaire régional depuis plus de 50 ans7. On mesure néanmoins l’ampleur des destructions quand on consulte les travaux des antiquaires du XIXe siècle, comme le chevalier de Fréminville, auteur de quelques dessins de châteaux comme ceux du Breignou à Bourg-Blanc, Kermilin à Tréfflaouénan ou Quimerc’h à Bannalec, avant leur destruction, ou à la lecture de Louis Le Guennec dans les années 1920, dénonçant l’exploitation de sites, comme Stang-Rohan en Pluguffan ou Coz-Castel en Kerlaz, comme carrière de pierres…

Dessin du château du Breignou en Bourg-Blanc par C. de La Poix de Fréminville, Antiquités de Bretagne, Finistère, Brest, 1832.

Pour l’historien, la connaissance de l’histoire des châteaux repose traditionnellement sur l’exploitation des sources historiques, manuscrites et publiées ; celles-ci ont été inégalement explorées selon les châteaux. Quelquefois un auteur s’est particulièrement attaché à l’étude scrupuleuse d’un château et de ses archives aboutissant à une monographie qui fait quelquefois encore autorité un siècle plus tard, comme à Clisson;8

Dans d’autres cas, une forteresse précocement disparue n’a pas donné lieu à une véritable étude : on répète inlassablement les mêmes faits historiques, rarement passés au crible d’une analyse critique et d’un retour aux sources, par ailleurs indigentes. Quelques synthèses et études d’ensemble ont été publiées pour le grand public : on peut notamment penser aux travaux de Charles Floquet sur les châteaux des Rohan:9

Ils ne satisfont que rarement l’historien dès lors qu’ils sont dépourvus de notes infra-paginales, l’obligeant à remettre chaque affirmation en cause. La bibliographie de certains châteaux est parfois indigente, au point que l’on peut quelquefois douter de l’existence de certains ouvrages décrits comme « châteaux » dans des aveux d’époque moderne ou rester muet sur l’histoire d’un petit castel cantonné de tours, notamment en Bretagne occidentale où les sources restent parfois muettes et tardives : ces monuments sont entrés tardivement dans l’histoire … L’indigence peut côtoyer la pléthore d’informations dans le cas de monuments ayant fait l’objet de travaux historiques ou d’investigations archéologiques10. Certains ouvrages ont été « revisités » avec la confrontation des données archéologiques et l’élaboration de dossiers documentaires préalablement à la fouille (Suscinio, Nantes, Pontivy) ; il convient dès lors de synthétiser l’information existante.

L’étude des châteaux, la castellolologie, terme inventé par Michel de Boüard il y a une cinquantaine d’années, relève de plusieurs spécialités : l’histoire, l’histoire de l’art, l’architecture et l’archéologie. Cette dernière est aujourd’hui celle qui fournit les données les plus récentes et renouvelle la connaissance des monuments. Cela a notamment été le cas dans les années 1990 avec la mise à jour d’inventaires anciens et la publication d’inventaires thématiques, notamment menés sur les mottes11. Plus encore, quelques fouilles programmées ont été menées au Guildo (Créhen, 22) par Laurent Beuchet, à La Roche-Maurice (29) par Jocelyn Martineau puis Ronan Pérennec, à Suscinio (Sarzeau, 56) par Karine Vincent. Quelques fouilles préventives d’ampleur ont par ailleurs été entreprises par Laurent Beuchet au château de Guingamp (22) ou sur le site de Chasné-sur-Illet (35) qui a révélé la succession d’un habitat du haut Moyen Âge, d’une motte et d’un « manoir ». Un troisième type d’opération concerne les investigations menées sur des châteaux classés ou inscrits aux monuments historiques faisant l’objet de restaurations (Nantes, Clisson, Châteaubriant). Les travaux archéologiques sont en outre maintenant précédés par l’élaboration de dossiers documentaires préalables réalisés par des historiens-archéologues, comme Pierre Poilpré, permettant de « revisiter » et d’approfondir la connaissance historique du site, tout comme l’archéologie du bâti et le recours aux datations d’archéométrie. La fouille pose parfois plus de questions qu’elle n’en résout : les conclusions de ces opérations, parfois denses, sont rarement connues du grand public. Elles demeurent néanmoins accessibles en Bretagne sur le site de la bibliothèque numérique du Service Régional d’Archéologie, nécessitant la lecture de rapports annuels et triennaux, parfois résumés dans des publications scientifiques au sein des revues archéologiques et mis en ligne (Guingamp, Le Guildo, Suscinio…).

Des travaux universitaires sont venus renouveler la connaissance depuis les années 1980, comme le doctorat resté inédit de Christophe Amiot consacré à l’ensemble des châteaux de Bretagne, en 199912 :

Il a renouvelé des synthèses plus anciennes dues à Roger Grand en 1951-1952, André Mussat en 1975 et Michael Jones en 198113. Un bilan historiographique sur le château médiéval en Bretagne a été établi par Pierre-Yves Laffont en 201414. Quelques châteaux ont fait l’objet d’un colloque, comme Trémazan en 2004 ou Suscinio en 200715

En 2016, un très gros volume auquel ont contribué 22 auteurs a été publié sur le château de Nantes : il se singularise par son poids et son format16. Des articles monographiques récents dotés d’un apparat critique ont été publiés dans les volumes des Congrès Archéologiques de France concernant le Finistère en 2007 et les Côtes-d’Armor en 2015 et les revues des sociétés savantes de Bretagne, comme les Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, sur quelques dizaines de châteaux. La documentation scientifique reste inégale : la connaissance de certains ouvrages n’a parfois pas été renouvelée depuis des décennies ; il manque une synthèse actualisée accessible au plus grand nombre. La parution aux PUR d’un ouvrage sur les châteaux de Bretagne sous la direction de Gwyn Meirion-Jones et Michael Jones, deux universitaires britanniques, est annoncée depuis plusieurs années. Un autre ouvrage est paru en octobre 2021 sur les manoirs, co-écrit par Chrystel Douar et Jean Kerhervé, sur une thématique un peu délaissée depuis une vingtaine d’années17 :

Les éditions Ouest-France ont successivement publié deux ouvrages grand public commercialisés notamment dans les boutiques de châteaux sous les plumes d’auteurs faisant autorité, Gwyn Meirion-Jones et Michael Jones en 1991, puis Marc Déceneux en 200718 :

Ce sont des commandes richement illustrées de cet éditeur régional, où les auteurs présentent d’abord le phénomène castral sur le temps long durant plusieurs dizaines de pages, poursuivant parfois leur propos jusqu’au XVIIe ou au XIXe siècle, avant d’inviter le lecteur à une déambulation départementale au sein des monuments les plus emblématiques, ouverts au public. Des brochures monographiques sont proposées à la vente dans les châteaux de Fougères, La Roche-Goyon, Tonquédec, Suscinio…

Ponctuellement, des textes ont pu venir synthétiser les informations préexistantes dans les monuments ouverts au public ou à l’occasion de la mise en œuvre de panneaux signalétiques ou de centres d’interprétation, faisant appel aux travaux d’historiens locaux, d’associations ou recourant à la collaboration d’universitaires ou de « spécialistes », comme à La Roche-Maurice ou à Fougères.

Internet offre une panoplie hétéroclite et fluctuante sur les châteaux de Bretagne : de bonnes contributions côtoient des compilations pas toujours référencées d’études datées, comme sur le site infobretagne qui a compilé des travaux généralement anciens, notamment ceux de Guillotin de Corson datant de la fin du XIXe siècle. Certaines notices wikipédia sont remarquables (Châteaubriant…), d’autres indigentes. Des « mordus » ou des associations ont parfois créé des notices sur certains sites ; on peut notamment retenir l’association casteland qui synthétise parfois la documentation existante sur une vingtaine de châteaux (Fort La Latte, Moncontour…), ou renvoie vers les sites internet qui existent pour certains châteaux (La Hunaudaye, Fort-la-Latte, Montfort-sur-Meu…).

La collecte d’informations sur internet, quoique souvent décevante et chronophage, révèle de belles surprises et renseigne sur des initiatives locales d’acquisition et de restauration de patrimoine castral par des communes et des communautés de commune, avec le relais d’associations comme à Boutavent à Iffendic (35), Marcillé-Robert (35), La Roche-Montbourcher à Cuguen (35), Le Juch (29)… Il en est également ainsi pour l’iconographie : une illustration découverte sur le château du Gâvre antérieure à sa disparition au début du XIXe siècle, mais non référencée, nous a permis en sollicitant quelques contacts d’en retrouver la provenance et le lieu de conservation…

La recension des ouvrages et des articles consacrés aux châteaux de la Bretagne médiévale pourrait donner l’illusion d’une matière quelque peu « connue », mais il nous semble qu’il n’en est rien. La bibliographie n’offre qu’une vision partielle et lacunaire du phénomène castral en Bretagne. Une soixantaine de châteaux ont fait l’objet de monographies ou de travaux récents, datant de moins de 30 ans, associant parfois les sources historiques et des investigations archéologiques, voire une analyse du bâti.

Cartographie des château bretons ayant fait l’objet d’une étude récente depuis moins de 30 ans, réalisation P. Kernévez, 2021, inédit.

Des travaux plus anciens concernent un autre quart de notre corpus, mais pour la moitié des forteresses médiévales bretonnes, on compile encore inlassablement des données anciennes non mises en perspective. Nous allons probablement écarter une cinquantaine de sites pour lesquels la documentation est trop lacunaire…

La réalisation d’un dictionnaire-atlas des châteaux de Bretagne, entreprise de longue haleine, nous est donc apparue nécessaire ; elle s’inscrit dans le prolongement de l’inventaire des fortifications médiévales du Finistère qui nous a été commandé en 1991 par l’Institut culturel de Bretagne et a été publié en 199719.

Ce travail est mené individuellement pour conserver la maîtrise d’œuvre, assurer l’homogénéité des notices et faciliter la rédaction d’une synthèse à un échelon régional, avec une documentation décroissante d’est en ouest.

Il convient de proposer un cadre normé avec des notices respectant un cadre prédéfini, afin d’offrir pour chaque château un discours ordonné faisant état de la connaissance, souvent incomplète, que nous en avons aujourd’hui. La nature de l’entreprise est duale : il s’agit quelquefois de faire la synthèse d’une matière abondante et d’autres fois de collecter des fragments épars de l’histoire méconnue d’une forteresse qui ne présente plus aujourd’hui le moindre vestige. Le recours à l’iconographie est indispensable pour en offrir des images, actuelles, mais aussi quelquefois anciennes, afin de présenter des monuments parfois disparus.

Les critères de sélection ont été établis dès l’élaboration de la carte des châteaux de Bretagne élaborée en 2002 pour l’Atlas historique de Bretagne20 : mentions anciennes, vestiges conséquents ou connus, fonctions avérées (peuplement, commandement)… depuis quelques sites protohistoriques réoccupés au Moyen Âge, jusqu’à des constructions ostentatoires du XVe siècle.

300 notices ont été initiées : une cinquantaine pour la Loire-Atlantique, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan ; près de 70 pour les Côtes-d’Armor et le Finistère. Cette liste doit être « épurée », notamment des sites secondaires peu documentés. Notre volonté est de disposer d’un corpus normé d’environ 250 notices pour les cinq départements de la Bretagne historique permettant une synthèse sur le phénomène castral dans la principauté bretonne.

L’objectif est d’offrir une vision d’ensemble du corpus de 250 à 300 châteaux édifiés dans la Bretagne historique entre le Xe et le XVe siècle, seule à même de permettre une synthèse sur le phénomène castral dans la principauté, entre le Xe et le XVIIe siècle. Les notices seront seulement précédées d’une introduction développée présentant la démarche et le corpus. 

L’ouvrage de plus de 500 pages, richement illustré en quadrichromie, sera constitué par des notices permettant la redécouverte d’un patrimoine quelquefois valorisé, mais trop souvent mal connu, si l’on excepte les monuments classés au titre des monuments historiques.

L’approche est à la fois historique, archéologique et patrimoniale. Les notices sont organisées en cinq volets :

  • une chronologie des faits les plus notables : premières mentions, faits de guerre, travaux, aveux, changements de propriétaires, ruine, conservation ou disparition en 1 page et 30 dates pour les mieux connus,
  • une description du monument non exhaustive, car les plus importants ont déjà été étudiés ; parfois on dispose seulement de descriptions anciennes, d’aveux d’époque moderne ou d’observations d’érudits du XIXe siècle,
  • une synthèse de longueur variable, selon l’importance du monument d’un point de vue historique, géographique et monumental ; il s’agit de remettre le monument dans son contexte, à la fois historique, politique et environnemental,
  • une bibliographie sélective,
  • une riche iconographie, avec des enluminures, des vues anciennes, les plans cadastraux, des cartes postales, des plans normés et des photographies actuelles.

La taille des notices est variable : jusqu’à 10 000 signes pour les plus grands sites (Nantes, Guingamp, Fougères…) et bien moins pour les châteaux les moins documentés (Landerneau, Landivisiau…).

Le dictionnaire des châteaux de Bretagne répond à plusieurs objectifs :

  • devenir un usuel en bibliothèque : apporter des informations fiables sur l’histoire des quelques 250 châteaux médiévaux de Bretagne, notamment à l’attention des chercheurs (références abrégées, pas de notes infra-paginales),
  • faire découvrir au grand public l’ampleur du phénomène castral en Bretagne ; plus de la moitié des ouvrages présentés ont été détruits ; c’est d’abord un ouvrage à feuilleter pour découvrir des monuments inconnus, leur histoire…
  • restituer d’un point de vue iconographique ce qu’ont pu être ces châteaux pour lesquels on ne dispose quelquefois que d’une unique représentation,
  • favoriser la mise en valeur des monuments existants et la préservation archéologique des ouvrages qui ne présentent plus de vestiges visibles, comme dans le cas des châteaux et des enceintes urbaines disparues, pas toujours cartographiées,
  • doter la Bretagne d’un ouvrage de référence concernant les châteaux médiévaux comme cela a pu être fait dans d’autres régions (Lorraine, Alsace),
  • rendre accessible une documentation abondante, mais dispersée dans des revues scientifiques, des actes de congrès et de colloques et au sein d’une documentation archéologique peu exploitée, avec des indications bibliographiques sur chaque site,
  • offrir à la connaissance du plus grand nombre une recherche d’abord menée dans un cadre universitaire et scientifique, avec une diffusion limitée aux actes de colloques et aux revues des sociétés savantes départementales et régionales,
  • accumuler une documentation nécessaire à l’élaboration d’une synthèse sur le phénomène castral en Bretagne depuis les origines jusqu’à leur disparition ou leur mise en valeur au XIXe ou au XXe siècle,
  • susciter le cas échéant des échanges sur certains ouvrages avec des passionnés, des associations, des élus ou les services chargés de leur préservation et de leur valorisation afin de compléter des connaissances éparses en précisant les contextes historiques et les paysages castraux,
  • faire découvrir un patrimoine méconnu et redonner leur place à des ouvrages qui n’ont pas été préservés, châteaux ou enceintes urbaines,
  • permettre des mises en perspective pour des monuments méconnus, à l’histoire incomplète, mais comparables à d’autres (Châteaulin, le Vieil-Hennebont, Rieux comme sites de hauteur avec de probables occupations alto-médiévales).

L’éditeur sollicité, Skol Vreizh, est prêt à assumer ce « risque » d’un dictionnaire papier à l’heure d’internet, à la condition que l’iconographie soit riche et de qualité pour vendre autre chose que du texte…

Une publication complémentaire est envisageable sous la sous la forme d’un ouvrage très illustré de « découverte », afin de sensibiliser un plus grand public grâce à une vente opérée au sein des boutiques de châteaux.

Des conférences thématiques, comme celles déjà proposées, à partir d’articles, sur « Les châteaux et la mer »21, « La mort des châteaux en Bretagne »22, ou plus ciblées sur les châteaux d’un département, accompagneront la sortie de l’ouvrage prévue à l’automne 2023. D’autres pourront avoir pour thèmes « La naissance des châteaux en Bretagne », « L’âge d’or des châteaux en Bretagne », « Des châteaux en guerre »…

Patrick Kernévez, maître de conférences en histoire médiévale

Un exemple : le château du Croisic

Localisation :

Diocèse médiéval : Nantes.

Chronologie :

1342 : Louis d’Espagne s’empare militairement par terre et par mer du port de mer de « Garlande » identifiable avec Guérande et Le Croisic (Chroniques de Froissart,  éd. S. Luce,  t. II, p. 157-158, 160, 384, 387-388).  

1355 : Nicolas Bouchart est capitaine de « Lisle Baas » pour le roi d’Angleterre (PR, t. I,  c. 1500).

v. 1360 : une imposition sur le sel est ordonnée au « terrouer de Guerande » par Jean de Montfort afin de  construire une forteresse à Batz-sur-Mer (AJ4, n° 6).

1407 : le duc Jean V institue Jehan de Lannyon comme « cappitaine et garde de noz chastel et forteresce du Croisic en Baz » (LJ5, n° 979).

1420 : Jean V concède des privilèges aux habitants du pays de Guérande où son père  a  ordonné une soixantaine d’années auparavant de «  faire forteresse en nostre Isle de Baz » pour laquelle on prélève encore des taxes sur le sel et des droits de guet et de garde pour « noz ville, chasteau et forteresse de Guerrande et de Baz […] situées sur port de mer » (idem, n° 1451).

1452 : mention d’un  « viell chateau » au Croisic (ADLA B 1489, f° 71 v°, cité par A. Gallicé, 2008, p. 169).

1462 : François II ordonne la perception d’un billot pour les « reparacions des villes de Guerrande et chasteau du Croisic » (ADLA, B 2, f° 29 v°).

1467 : le duc renouvelle le billot affecté à la réparation du quai et du château du Croisic (ADLA, B 6, f° 139 v°).

1489 : Gilles de Condest est capitaine des « ville et chastel du Croisic » (PR, t. III, c. 664).

1495 : Le Croisic est pourvue d’une vingtaine de pièces d’artillerie, notamment stockées dans une des tours et au boulevard du château (A. de La Borderie, Le complot breton de 1492, Nantes, 1884, p. 140).

1505 : le château est décrit comme « vieil et ancien, ruyneulx et indigent de reparacion » ; la reine Anne affecte un billot aux réparations des ports, quais et château (J.-C. Caillo, p. 254).

1517 : mention du « grant corps de la maison » du château devant lequel on construit « une maison de neuf » (idem, p. 254).

1561 : des munitions sont stockées dans la « tour neufve » du château, édifice où se réunit l’assemblée de ville ; une tour est par ailleurs en construction sur une pointe à l’ouest de la ville (idem, p. 254-255, 267-268).

1591 : l’assemblée des bourgeois du Croisic se réunit au château pour discuter des affaires communes (idem, p. 139). 

1597 : le capitaine royaliste La Tremblaye s’empare provisoirement du Croisic et ordonne la  destruction du château (idem, p. 255).

1629 : les ruines du château déclaré « innutile » sont concédées par le roi à la ville pour édifier une maison de ville avec une halle (idem).

1757 : la place à proximité de l’hôtel de ville est aplanie et plantée (idem).

Vestiges :

Le port de Croisic se trouve sur la côte nord de « l’Isle de Batz », presqu’île située entre les marais salants qui s’étendent au sud de Guérande et l’océan Atlantique. Il comprend plusieurs îlots ou « jonchères » et des bassins ou « chambres » où les navires venaient s’approvisionner en sel. Deux buttes artificielles dominant le port, le Mont Esprit et le Mont Lénigo, ont été érigées avec les pierres de lest des navires. Le château, qui a totalement disparu, s’élevait au nord de l’actuelle place de Dinan, face au port de plaisance, implanté dans un des anciens bassins : il aurait succédé à un « viell chasteau », correspondant peut-être à « la motte devant ledict chasteau » en 1516 (J.-C. Caillo, p. 152), à moins qu’il ne s’agisse d’une  des buttes d’accumulation du lest. Une autre éminence nommée « La Mothe » apparaît encore sur le plan cadastral de 1809, sur une pointe de terre, à l’est de La Grande Jonchère. Quelques actes font état pour la forteresse de tours, d’une « vieille porte », de portes, d’un boulevard et de deux corps de logis en 1495 et en 1515-1516, puis d’une tour neuve en 1564. Le château du Croisic était indéniablement un château de pierre avec des murailles cantonnées de tours, une porte principale précédée d’un boulevard, une porte secondaire donnant sur des jardins ainsi que deux corps de logis avec des « chambres hautes » distribuées par des escaliers à vis. Les douves du château étaient sans doute alimentées en eau par la mer. Selon H. Moret (infra, p. 95-96), l’hôtel de ville édifié au XVIIe siècle et détruit en 1908 aurait été construit « sur une portion de l’emplacement du château ». Il signale en outre, au début du XXe siècle, des vestiges de fondations dans l’angle nord de la place de Dinan et dans les caves d’un hôtel, au débouché de la rue du Pilori. La ville du Croisic était peut-être pourvue de portes et de murailles (J.-C. Caillo, p. 256 ; A. Gallicé, p. 192) dont on ignore presque tout, mais qui pourraient ne pas être antérieures au XVe, voire au XVIe siècle. Un mur en pierre de taille long de 350 mètres percé d’une porte fortifiée appelé La Barrière permettait en outre de contrôler l’isthme d’accès à la presqu’île du Croisic, depuis Batz-sur-Mer, à 1,3 kilomètres plus à l’est.

Synthèse historique :

Un château est mentionné sur l’Isle de Batz au milieu du XIVe siècle : une vingtaine de capitaines ducaux puis royaux s’y succèdent, entre 1355 et la fin du XVIe siècle (A. Gallicé, 2003, p. 375). On attribue la construction de la forteresse à Nicolas Bouchart pour le compte de Jean de Montfort vers 1355 ; des travaux y sont ordonnés par le duc, puis le roi en 1467, 1495, 1515-1516, 1561 et 1564 (A. Gallicé, 2003, p. 192). La forteresse était destinée à assurer la protection du principal port d’exportation du sel de Guérande, dans un terroir parfois victime de descentes espagnoles, comme en 1380 et 1593, ou anglaises, comme en 1407. Cette résidence accueillait son capitaine de manière épisodique et le lieutenant de ce dernier de manière permanente. Les deux hommes assistaient à la présentation des comptes des miseurs de la ville devant l’assemblée des bourgeois qui se tenait au sein du château, au XVIe siècle. Un inventaire de l’artillerie mentionne une vingtaine de pièces au Croisic en 1495 ce qui atteste de l’intérêt apporté à la place-forte ; une partie des pièces appartenaient à la communauté de ville. Les taxes sur le sel établies pour construire la forteresse vers 1360 sont encore perçues en 1420 ; un billot sur le vin est attesté aux XVe et XVIe siècles. Le château serait démantelé après 1597. Son emplacement est cédé aux autorités de la ville une trentaine d’années plus tard. La ville est tardivement dotée de deux foires en 1420, puis d’un marché et d’une cohue en 1491, tandis que l’on reconstruit alors l’église Notre-Dame-de-Pitié, ce qui semble témoigner d’un essor économique tardif. Elle n’est qu’une succursale de la paroisse de Batz-sur-Mer à la fin du XVe siècle, mais s’affirme dès lors avec ses marchands mariniers dynamiques, notamment face à Guérande. Le maintien d’une forteresse confiée à un capitaine s’explique par l’intérêt économique du Croisic et sa vulnérabilité, comme « port de mer ». Une tour implantée à l’ouest de la ville, probablement au Lénigo, vers 1561, puis des forts et des batteries permettent ensuite de garantir la sécurité de l’agglomération et de son port. On armait des bateaux pour la guerre au Croisic, lors des confrontations avec l’Espagne, l’Angleterre ou la France. Le Croisic relevait de la châtellenie de Guérande dont la ville- centre, quoique murée, était dépourvue de château au bas Moyen Âge : le duc a probablement choisi Le Croisic, bourgade littorale plus exposée aux descentes ennemies, pour y ériger une forteresse afin de préserver ce havre et les richesses de ce domaine.

Bibliographie : J.-C. Caillo, Notes sur Le Croisic, 2e éd., Nantes, 1869 ; H. Moret, Le Croisic. Précis historique sur la presqu’île croisicaise et la région environnante, Rennes, 1917 ; C. Amiot, 1999, p. 85 et 249 ; A. Gallicé, Guérande au Moyen Âge. Guérande, Le Croisic, le pays guérandais du milieu du XIVe au milieu du XVIe siècle, Rennes, 2003, p. 191-206 ; idem, « De la prééminence du Croisic dans l’ensemble des ports du pays guérandais (vers 1380-vers 1560) », BSAN, 2008, p. 161-176.

  1. Annie Renoux, « Les châteaux ont-il existé? », L’Histoire, n° 428, octobre 2016, p. 56-57. []
  2. Florence Journot, « Que sont châteaux et églises d’antan devenus ? », dans Joëlle Burnouf, Danielle, Arribet-Deroin, Bruno Desachy, Florence Journot et Anne Nissen-Jaubert, Manuel d’archéologie médiévale et moderne, Paris, Armand Colin, 2009, p. 275-281 ; Florence Journot, « Le “château” à l’épreuve de la programmation archéologique », Archéopages, n° 19, août 2007, p. 50-53 (p. 50). []
  3. Luc Bourgeois et Christian Rémy (dir.), Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées, actes du colloque de Chauvigny, 14-16 juin 2012, Chauvigny, Association des publication chauvinoises, 2014. []
  4. Chiffre donné par Charles-Laurent Salch, L’atlas des châteaux forts en France, Strasbourg, Publitotal, 1977 ; il est ensuite porté à 30 000 par le même auteur en élargissant à d’autres établissements fortifiés, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, Publitotal, 1979. []
  5. Michel Duval, « La démilitarisation des forteresses au lendemain des guerres de la Ligue (1593-1628) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXIX, 1992, p. 283-305. []
  6. Patrick Kernévez et Julien Bachelier, « Fortifications, villes et fabrique de l’État breton, XIIIe-XVe siècles », Revue d’histoire urbaine, 2021, HS n° 1, p. 47-78. []
  7. http://atlas.patrimoines.culture.fr/atlas/trunk/. http://patrimoine.bzh/. []
  8. Paul de Berthou, Clisson et ses monuments. Étude historique et archéologique, Nantes, 1910. []
  9. Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Loudéac, Yves Salmon, 1989. []
  10. Citons notamment Châteaubriant, Clisson et Nantes en Loire-Atlantique ; Suscinio dans le Morbihan. []
  11. Michel Brand’honneur, Les mottes médiévales d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Centre régional d’archéologie d’Alet, 1990 ; Stephan Hingant, Les mottes médiévales des Côtes-d’Armor, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1994 ; Philippe Guigon, Les fortifications du haut Moyen Âge en Bretagne, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1997 ; Patrick Kernévez, Les fortifications médiévales du Finistère, mottes, enceintes et châteaux, Rennes, Centre régional d’archéologie d’Alet, Institut culturel de Bretagne, 1997. []
  12. Christophe Amiot, Lignages et châteaux en Bretagne avant 1350, doctorat d’histoire, 4 vol., dactyl., université Rennes 2, 1999. []
  13. Roger Grand, « L’architecture militaire en Bretagne jusqu’à Vauban », Bulletin Monumental, t. CXI, 1951, p. 237-271, p. 357-397 ; t. CXII, 1952, p. 7-49 ; André Mussat, « Le château de Vitré et l’architecture des Châteaux bretons du XIVe au XVIe siècle », Bulletin Monumental, t. CXXXII/2, 1975, p. 131-164 ; Michael Jones, « The defence of medieval Brittany: a survey of the establishment of fortified towns, castles and frontiers from the Gallo-Roman period to the end of the Middle Ages », Archaeological Journal, t. CXXXVIII, 1981, p. 149-204. []
  14. Pierre-Yves Laffont, « Le château médiéval en Bretagne. Un bilan historiographique », dans P.-Y. Laffont (dir.), Les élites et leurs résidences en Bretagne au Moyen Âge, actes du colloque de Guingamp – Dinan (28-29 mai 2010), Rennes, PUR, 2014, p. 113-123. []
  15. Yves Coativy (dir.), Le Trémazan des du Chastel, du château fort à la ruine, actes du colloque de Brest du 10 au 12 juin 2004, Brest-Landunvez, CRBC-Association SOS château de Trémazan, 2006 ; Alain Salamagne, Jean Kerhervé, Gérard Danet (dir.), Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne, XIIIe-XVIe siècles, actes du colloque de Suscinio du 21 au 23 septembre 2007, Tours-Rennes, PUFR-PUR, 2012. []
  16. Bertrand Guillet et Aurélien Armide (dir.), Le château des ducs de Bretagne. Entre grandeur et renouveau, huit siècles d’histoire, Nantes-Rennes, Éditions du Château des ducs de Bretagne-Musée d’histoire de Nantes, 2016. []
  17. Christel Douard et Jean Kerhervé, Manoirs, une histoire en Bretagne, Châteaulin, Locus Solus, 2021. []
  18. Gwyn Meirion-Jones et Michael Jones, Aimer les châteaux de Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1991 ; Marc Déceneux, Les châteaux de Bretagne, Rennes, Ouest-France, 2007. []
  19. Patrick Kernévez, Les fortifications médiévales du Finistère, mottes, enceintes et châteaux, op. cit. []
  20. Patrick Kernévez et Christophe Amiot, « Les châteaux bretons au Moyen Âge » », dans Bernard Tanguy et Michel Lagrée (dir.), Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 71. []
  21. Patrick Kernévez, « Les châteaux et la mer : l’exemple breton », dans Nicolas Faucherre, Delphine Gautier, Hervé Mouillebouche (dir.), L’eau autour du château, actes du colloque du château de Bellecroix, 17-19 octobre 2014, Chagny, Centre de Castellologie de Bourgogne, 2015, p. 30-55. []
  22. Idem, « La mort des châteaux forts en Bretagne (Xe-XXIe siècle) », Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie d’Auray, n° 17, 2019, p. 5-13. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.