Actualités

17 mai 2024 « La Bretagne et le grand public : regard croisé avec le pays de Galles »

Informations pratiques : UFR Lettres et Sciences humaines, salle C219, Brest, 14 heures.

Sioned ynnyddu, Seren Morgan Jones, 2013

Anne Hellegouarc’h : « Perceptions du pays de Galles : entre invisibilité et caricature »
Cette courte présentation propose de faire un pas de côté pour s’intéresser à la manière dont le pays de Galles et ses habitants ont été perçus et représentés dans le passé et jusqu’à la fin du siècle dernier, pourquoi, et avec quelles conséquences. Elle mettra en lumière des similitudes avec les représentations familières d’une Bretagne caricaturée, mais permettra aussi de rappeler qu’au-delà des parallèles, les perceptions du grand public témoignent du développement économique et social distinct dans les deux pays.

Carys Lewis : « Le pays de Galles : nation à basse consommation »
Loin des clichés éculés du passé, le pays de Galles du vingt-et-unième siècle se joue de la flamboyance de son voisin turbulent à l’est pour se concentrer sur ce qu’il a de plus précieux : une culture et une langue qui relèvent les défis d’une société multiculturelle ; un paysage où eau, lacs, rivières irriguent un environnement que l’on veut durable ; une confiance en l’avenir de nouvelles institutions civiques à taille humaine. Moins encline à se projeter vers l’extérieur, ce qui pourrait expliquer sa relative invisibilité, la nation galloise se nourrit d’une tradition radicale où citoyenneté rime avec équité. Un regard nouveau sur une vieille nation vous est proposé par les images, la politique, la culture et l’économie. À consommer sans modération !

Carys Lewis est maître de conférences en Études britanniques au département LEA de l’université de Bretagne occidentale à Brest. Elle a soutenu sa thèse de doctorat à l’UBO sur l’œuvre de Raymond Williams, le théoricien culturel britannique d’origine galloise. Ses publications portent sur l’œuvre de Williams, les études culturelles dans les Iles britanniques, l’utopisme, les classes sociales au Royaume-Uni ainsi que le domaine du pays de Galles et de la langue galloise. Elle parle couramment le gallois et a fait toute sa scolarité, de la maternelle à l’université dans la langue.

8 mars 2024 – La Bretagne en tête de gondole

Informations pratiques : UFR Lettres et Sciences humaines, salle C219, Brest, 14 heures.

Pierre Martin, PRAG en histoire moderne, (CRBC) : “La note était salée. La Bretagne et les Bretons en factures (1840-1970)”
Le papier à en-tête a longtemps été délaissé par les historiens en archéologie industrielle. Quelques travaux précurseurs, dont ceux de Jean-Pierre Locci ou de Jérôme Cucarull, ont pourtant montré l’intérêt de ces archives commerciales pour l’histoire industrielle et économique. Plusieurs centaines de ces documents iconographiques sont actuellement conservés aux archives départementales du Finistère dans la série 3 J 38 qui rassemble des collections de factures, des correspondances et des prospectus à en-tête de 1840 aux années 1970. Le spectre chronologique favorise une étude sur le temps long.
En dehors de leur intérêt esthétique, ces réclames contiennent une abondance de détails dont chacun a une signification particulière, qu’elle soit informative, symbolique ou décorative. Elles rappellent aussi des idées de puissance, de tradition et de longévité.
Le style du papier à en-tête a varié selon les époques. On peut distinguer trois périodes. Pendant la première phase, c’est-à-dire 1840-1870, ces documents sont sensiblement du même style : nom ou raison sociale imprimés en haut et au milieu de la page, encadrés parfois par des slogans publicitaires ou par des reproductions de médailles gagnées à l’occasion de concours et d’expositions, le tout orné de modestes motifs décoratifs, en général sobres. La deuxième époque, de la IIIe République à l’entre-deux-guerres, est différente. On peut la qualifier d’âge d’or. La lithogravure est en plein essor et les artistes-lithographes montrent leur talent. Ils créent et produisent de véritables merveilles, allant jusqu’à donner une bonne image de marque du monde industriel. Néanmoins, la grande majorité de ces artistes n’ont pas signé leurs œuvres. La couleur fait son apparition durant la troisième période, c’est-à-dire de l’entre-deux-guerres aux années 1970, mais le travail de l’artiste est supplanté par les nouvelles techniques d’impression. Le papier à en-tête n’est plus le reflet d’un art, mais tend à devenir un document purement administratif, où les qualités artistiques sont secondaires.
De 1840 aux années 1970, les en-têtes sont aussi les témoins des nombreuses mutations économiques, sociales et culturelles que connaissent la Bretagne et les Bretons. On y retrouve les clichés, les marqueurs culturels et identitaires, dont les paysages pittoresques, les mégalithes, les calvaires, les marins, les Bretonnes en coiffes, les binious et les potions celtiques mises au point par des pharmaciens peu scrupuleux.

André Rousseau, docteur en sociologie, “Quand l’identité d’une région imprègne ce qu’elle produit”
Cette communication reprendra et prolongera un chapitre de L’idéologie bretonne (PUF, 2023) consacré à ce sujet.
La majorité relative conduisant actuellement le conseil régional de Bretagne reprend, dans ses grands objectifs, des thèmes qu’elle orchestre depuis 2004 autour de l’attractivité de la région. C’est ainsi la dimension économique qui donne un contenu concret au rôle de cette instance administrative. Elle peut donc présenter son rôle comme allant bien au-delà de la distribution de subventions et comme celui de « chef d’orchestre » des actions locales. Et ce en marquant cette action de l’identité bretonne, comme l’illustre la création à son initiative, de la Marque Bretagne en 2011.
Le « mode exclamatif » de l’idéologie bretonne se nourrit autant des actions économiques que du réveil culturel ; les réussites du CELIB servent de lieu de mémoire pour la majorité et, pour les régionalistes radicaux, de point d’appui pour critiquer l’insuffisance de ce qui se fait dans le cadre « républicain » et « jacobin » : il faut réinventer le CELIB et devenir autonomes.
La création et les activités de l’association Produit en Bretagne reprennent des idées lancées depuis 1912 par des régionalistes. Elles concrétisent la face économique de ce régionalisme aux côtés de la face culturelle et de la face politique. On s’interrogera sur ces participations croisées. Et singulièrement sur l’articulation avec la sauvegarde de la langue bretonne, objectif qui prend place dans la longue liste de lieux communs qui cherchent à moderniser et légitimer le régionalisme.
On pourra alors s’interroger sur la façon dont les politiques s’articulent au marché, en la comparant à « la main visible des managers » (Chandler) telle qu’on la voit à l’œuvre par exemple dans le « club des Trente ».

6 octobre 2023 – La Bretagne au musée

Michèle Boccard, docteure en histoire de l’art, CRBC, UBO, chargée du conseil scientifique pour le cycle des trois prochaines expositions organisées au Château de Kerjean sur le thème de la famille à la Renaissance : “L’art et la manière : le rôle du conseil scientifique au château de Kerjean”
Le conseil scientifique dans le cadre d’une exposition temporaire oblige sans doute l’universitaire à sortir des sentiers habituels de ses recherches, et du temps long auquel il est accoutumé. Le calendrier de l’exposition, et les impératifs liés aux publics et aux lieux obligent à repenser notre manière d’envisager la pratique historienne. À Kerjean, il faut bien sûr vulgariser pour adapter le propos aux publics du château, composer avec l’histoire du lieu et avec ses contraintes, aider à trouver les œuvres les plus pertinentes pour illustrer le parcours de l’exposition. S’appuyer sur l’histoire locale, que viennent découvrir les visiteurs, est impératif. Mais Kerjean est aussi l’illustration parfaite des courants d’échanges qui existent à la Renaissance entre la pointe bretonne et le reste du royaume, voire au-delà, et cet aspect ne peut évidemment pas être laissé de côté : c’est donc un dialogue permanent entre exposition “sur” la Bretagne et exposition “en” Bretagne qui doit être mené.

Manon Six, conservatrice du patrimoine, responsable du pôle conservation, musée de Bretagne (Rennes) : “Retour sur une exposition en débat, ‘Celtique ?’, au musée de Bretagne”
Le musée de Bretagne, en lien avec les projets d’évolution de son parcours permanent, a souhaité s’engager dans une réflexion sur les différentes identités de la Bretagne.
Après l’exposition “Face au mur” qui, au travers d’une présentation large de l’engagement des graphistes dans les années 1970-1990, effleurait la part identitaire d’une Bretagne contestatrice, le musée entendait questionner par une exposition temporaire en 2022 la “celtitude” de la Bretagne aujourd’hui, ou comment se sont forgés l’image et l’imaginaire d’une culture celtique toujours vive dans les esprits. Le thème n’a pas laissé indifférent, engendrant un débat maillé de réactions parfois énergiques de visiteurs, d’internautes, et relayé par voie de presse. Il est à noter que le sujet lui-même, les Celtes et le celtisme, ne fait pas consensus dans le champ de la recherche, et correspond également aux représentations identitaires comme aux convictions intimes et au vécu de nombreuses personnes. Pour permettre de comprendre la sensibilité contemporaine du sujet, un retour sur la réception de l’exposition est proposé, abordant la question du rôle du musée et de la mise en exposition de sujets délicats.

Informations pratiques : UFR Lettres et Sciences humaines, salle C219, Brest

14 juin 2023

Yvan Maligorne (MCF histoire antique, CRBC UBO): “La Bretagne : un passé romain invisible ?”
La communication s’interrogera sur la relative pauvreté des vestiges romains dans la péninsule armoricaine : coincés entre les extraordinaires architectures néolithiques et les innombrables productions médiévales, les indices archéologiques d’époque impériale font souvent pâle figure. Cette visibilité moindre a eu des conséquences historiographiques lourdes. S’il y a une singularité régionale en la matière, elle n’est cependant pas la conséquence d’une moindre intégration au monde romain.

Arnaud Ybert (MCF histoire de l’art médiéval, CRBC, UBO): ” Mauvais anglais ou mauvais français ? La perception de l’architecture gothique bretonne des XIIe et XIIIe siècles dans les publications savantes”
“Des neuf cathédrales de la Bretagne historique, six possèdent des parties érigées au cours des XIIe et XIIIe siècles. Cette riche parure monumentale place la région parmi les plus importantes pour la compréhension des débuts de l’art gothique. Les recherches qui ont été consacrées à ces monuments sont paradoxalement peu nombreuses et seule la cathédrale de Quimper attire véritablement l’attention. Les analyses stylistiques qualifient, la plupart du temps, les édifices bretons de synthèses retardataires des influences françaises et anglaises.
Notre courte présentation ambitionne d’expliquer les fondements d’une telle vision et de présenter les méthodes scientifiques qui permettront de corriger un parti pris si simpliste.”

Informations pratiques : UFR Lettres et Sciences humaines, salle C219, Brest

17 mars 2023

Les deux invités de cette 6e séance seront Christian Bougeard et Fañch Roudaut qui aborderont la question suivante : “Pourquoi organiser un colloque international sur les identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale ? Démarches et enjeux scientifiques et médiatiques.”

Informations pratiques : UFR Lettres et Sciences humaines, salle A330, Brest

28 octobre 2022

Cette 5e séance abordera la réception de la littérature de la matière de Bretagne et de l’historiographie médiévale dans des œuvres littéraires et artistiques du XIXe et du XXe siècle a priori non destinées à un public de spécialistes, mais à des publics variés et élargis dont on pourra interroger la représentation de la Bretagne et de la matière à travers le prisme du médiévalisme.

Intervenants :

17 juin 2022

Table ronde : l’édition en Bretagne

Cette 4e séance du séminaire « La Bretagne et le grand public », dirigé par Hélène Bouget et Sébastien Carney, se déroulera sous la forme d’une table ronde consacrée à l’édition en Bretagne. Ont ainsi répondu à notre invitation Pierre Corbel, directeur des Presses universitaires de Rennes entre 1991-2016 (https://pur-editions.fr/), et Florent Patron, directeur des éditions Locus Solus à Châteaulin (https://www.locus-solus.fr/).

À travers cette rencontre se poseront les questions propres à l’activité éditoriale en général, à son orientation (quelle politique ? quelle ligne ?), à sa diffusion (quels vecteurs ? quelles relations avec les médias, quel public ?), à sa stratégie (choix des textes et des auteurs, fonctionnement des comités…), mais nous tenterons aussi de nous interroger sur la spécificité de l’édition sur la Bretagne. Dans quelle mesure la Bretagne, la matière de Bretagne et les disciplines diverses qui traitent de ces sujets relèvent-elles d’un champ spécifique dans le domaine du livre ? Y a-t-il une « mode » ou un engouement pour les thèmes « bretons », ou une évolution dans ce domaine ? Quels sont les publics visés et comment s’inscrire, dans certains cas, dans un champ politique ou idéologique et quelle posture adopter face à des attentes de ce type ? Au-delà du rapport au (grand) public, la question porte ainsi sur le positionnement des éditeurs dans le champ local, régional, national, voire international. En bref, existe-t-il une édition bretonne et se définirait-elle par un objet, la Bretagne, aux prises avec la diversité des publics auxquels elle s’adresse ?

Intervenants
• Pierre Corbel – ancien directeur des Presses Universitaires de Rennes (1991-2016)
• Florent Patron – directeur des éditions Locus Solus (Châteaulin)
Modérateur
• Yvon Tranvouez – professeur émérite d’histoire contemporaine, CRBC, UBO

Salle C219, UFR Lettres et Sciences humaines, Brest

4 mars 2022

David Floch (doctorant histoire médiévale, MeMo, université Paris-Nanterre) : Discours ésotéristes et histoire bretonne dans quelques productions para-historiographiques contemporaines

Florent Miane (CRBC, MCF histoire de l’art) : Horizons des ivresses en Finistère. Proximité, exotisme et modernisme dans les étiquettes de la PAM

Salle C219, UFR Lettres et Sciences humaines, Brest
Sur inscription auprès du CRBC : crbc[a]univ-brest.fr

8 octobre 2021

Patrick Kernevez (CRBC, MCF histoire médiévale) : La Bretagne, une terre de châteaux forts ? Un dictionnaire des châteaux médiévaux de Bretagne

Erwan Le Gall (membre associé du CRBC) : Vulgariser la matière culturelle de Bretagne : un exercice à part ?