Archives de l’auteur : scarney

Évocation de l’histoire de la Bretagne dans quelques disques bretons au temps du Revival par Sébastien Carney (11 juin 2021)

À l’origine de mon intérêt pour l’évocation et l’usage du passé dans la chanson ou la musique, il y a ce commentaire d’une chanson du groupe de métal Iron Maiden, glané il y a quelques années sur une page Youtube dédiée au titre « Brave New World ». Bien qu’il s’agisse d’une évocation du roman éponyme d’Aldous Huxley publié en 1932 et traduit en français sous le titre « Le meilleur des mondes », donc de science-fiction, un fan du groupe prétend ceci : « Iron Maiden literally teaches listeners more about history than public schools 1  », c’est-à-dire « Iron Maiden enseigne littéralement aux auditeurs plus sur l’histoire que les écoles privées ». Il est probable que ce commentaire s’applique à l’ensemble de l’œuvre de ce groupe, dont nombre de chansons évoquent des événements historiques, de l’Antiquité à la Guerre Froide 2 . Cette discutable supériorité pédagogique de la musique populaire par rapport à l’école a été également soulignée par Bruce Springsteen qui, dans « No surrender », prétend : « We learned more from a three minute record […] than we ever learned in school » – « Nous avons appris plus d’un disque de trois minutes […] que nous n’avons jamais appris à l’école ». À vrai dire, cela ne surprend pas, si le pouvoir des chansons est difficile à mesurer, on en sait depuis longtemps l’importance. En 1935, Joseph Folliet écrivait dans un recueil de l’Association catholique de la jeunesse Française : « Quel merveilleux moyen de conquête que la chanson ! Supérieur aux livres ou au journal de toute la distance qui sépare la poésie ailée de la prose rampante. On se méfie d’un discours ou d’un article – et l’on a raison – on ne se méfie point d’une chanson – et l’on a tort3 . » Cependant la chanson reste peu étudiée. Cela tient pour beaucoup à la difficulté de l’exercice. Une chanson c’est à la fois un texte, une mélodie, des interprétations, des réceptions. Elle peut être accompagnée d’images ou d’explications, elle peut être envisagée seule ou dans un ensemble composé. C’est donc un matériau multiforme, difficile à manipuler pour qui n’est pas musicologue, sociologue, sémiologue en plus d’historien4 .

Continuer la lecture
  1. Voir le commentaire de Joe Bryant sur https://www.youtube.com/watch?v=4_FDjDwNygM [consulté le 23 décembre 2021]. Une des nombreuses réponses apportées à cette appréciation affirme : « I guess if you didn’t pay attention. I learned a lot about history in public school. » Concernant Iron Maiden, on trouvera le même genre d’échange sur Reddit : « I’ve learned more about history listening to Iron Maiden than in class in high school » / « Wow, you really must not have paid attention in class. » https://www.reddit.com/r/Showerthoughts/comments/54njq2/ive_learned_more_about_history_listening_to_iron/ [consulté le 23 décembre 2021]. []
  2. Pour une étude de l’évocation de l’histoire dans les chansons d’Iron Maiden, voir Lauro Meller, « Historical Themes in Iron Maiden Songs : From the Cavemen to the Vikings », part. I et II, Revista Brasileira de Estudos da Canção, n°3, jan-jun 2013, p. 198-215 et n°4, jul-dez 2013, p. 190-203. Pour une approche de l’articulation métal-histoire-identité, voir l’épisode de Nota Bene dédié sur https://www.youtube.com/watch?v=orfs-U5AmjU [consulté le 23 décembre 2021]. Il y a là tout un champ qui s’ouvre à la recherche. []
  3. Joseph Folliet, Jeunesse !… Recueil des chants de l’A.C.J.F., Paris, Éditions SPES, 1935, p. 7. []
  4. Sur la complexité méthodologique de l’étude du chant, voir Jean Queniart, « Le chant acteur de l’histoire (sociabilité, pastorale, propagande) », dans Jean Queniart (dir.), Le chant acteur de l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 9-11. []